Depuis sa création en 2013, l’école de danse Manahere a participé chaque année au Heiva des Écoles, comme beaucoup d’autres, pour mettre en avant le travail fourni par chaque élève tout au long de l’année.

Aujourd’hui, Poehere vous propose de revivre un spectacle rempli d’amour et de tradition !

Te Tapa’o – Le Signe

Dansé par la troupe O Tahiti E et primé au Heiva I Tahiti 1998, c’est le thème que Poehere a décidé de reprendre et de mettre en scène cette année lors de la soirée de gala de son école de danse Manahere.

Pourquoi ce thème ? C’était une évidence pour elle puisqu’elle se reconnaît dans le personnage principal du spectacle, cette reine qui ne comprend pas pourquoi, cette reine dans l’incompréhension… Ce spectacle retrace son histoire et notamment son désir d’enfant… C’est un spectacle qui représente beaucoup d’amour, de l’amour pour sa culture, de l’amour pour sa terre, de l’amour pour ses racines… et c’est ce que Poehere souhaite vous transmettre…

Une jeune reine dont la beauté était si rayonnante qu’elle eu le privilège de rencontrer Tane à Rohotu Noanoa, là où les âmes s’envolent. Elle ne comprenait pas pourquoi elle ne réussissait pas à avoir d’enfant…

Tane lui dit alors qu’elle ne peut enfanter si elle reste cette reine tant méprisée. Elle fini par comprendre que, si elle n’aime pas son peuple et sa terre, la nature ne lui donnera pas d’enfant. Il faut qu’elle change son attitude, ses gestes et ses actions et qu’elle devienne meilleure, qu’elle soit aimante.

Le gardien de Rohotu Noanoa, le jardin du Paradis, lui remit une graine, un coco, et lui donna pour consigne le planter à la naissance de l’enfant. C’est Te Tapa’o, le signe.

Elle tomba alors enceinte et, après avoir mis au monde son enfant tant désiré, elle planta son placenta et le pito de son enfant comme signe d’attachement et de remerciement à sa terre.

Entre amour et tradition

Planter le placenta de notre enfant est un geste rempli d’amour et symbolique dans les traditions d’ici. Ce geste montre l’importance du lien que l’on a avec sa terre et ses racines. Planter son pito symbolise le lien sacré entre l’arbre et la personne, l’attachement à sa terre et surtout le respect et l’amour que l’on a pour elle.

En langue tahitienne, l’éthymologie du terme désignant le placenta, pu-fenua n’est d’ailleurs pas anodine puisqu’il signifie « centre/noyau (de) terre »; comme si ce « noyau de terre », coeur nourricier de l’enfant était, par définition, une parcelle de terre, appelée à intégrer ou à « réintégrer » la terre. – selon une étude de Saura Bruno

Retrouvez-nous le 29 avril à la salle Manu Iti à 19h30

Manahere en quelques mots

L’école Manahere a été créé en 2013 sous l’impulsion de Poehere ROOMATAROA. Assistée de Hinarii TIHONI, danseuse chez Pupu Tuha’a Pae, elles donnent ensemble des cours de Ori Tahiti au centre commercial de Tamanu et montent dans une réelle complicité leur chorégraphie et leur spectacle. L’école rassemble aujourd’hui près de 90 danseuses de tout âge et passionnées par le Ori Tahiti !


Mon petit mot

Cette année, j’ai décidé de mettre mon appareil photo de côté et de monter sur scène le temps d’un spectacle ! Passer une année en école de danse et avec Poehere, c’est pour moi à la fois enrichissant et instructif pour une personne qui cherche à comprendre le sens d’un spectacle, de chaque geste, de chaque musique et qui n’a pas forcément une base solide en tahitien… J’ai pris plaisir à apprendre et à perfectionner ( ? je crois lol) les bases du Ori Tahiti !

Le spectacle de O Tahiti E était un des spectacles (pour ne pas dire LE spectacle!) qui a bercé mon enfance ! Aujourd’hui, j’ai la chance de monter sur scène pour présenter ce spectacle et partager notre culture et notre passion du Ori Tahiti avec vous autrement que par les photographies 😉

Merci Poehere pour ton enthousiasme, pour ton partage, pour ta passion… et pour tout ton courage !

2 Replies to “« Te Tapa’o » par l’école de danse Manahere”

Laisses moi un petit mot ! ;)

97 Partages
Partagez97
Tweetez
Enregistrer