Instagram

Follow me !

Heiva I Tahiti

L’engouement pour les Grands Costumes du Heiva I Tahiti 2018

21 juillet 2018
Costume Traditionnel Tane Heiva 2017 Chicky Tahiti.jpg

Hier, j’ai assisté à la soirée des Lauréats. Grandiose. Les chants étaient magnifiques, les danses sublimes. La soirée marque la consécration ultime pour ces groupes qui se sont produits hier sur scène. Pour partager une nouvelle fois avec le public, avec nous, leur spectacle, leur travail, leur histoire.

Cette année, j’ai trouvé qu’il y avait une réelle reconnaissance pour le travail que chaque groupe de danse à fournit cette année pour monter sur To’ata et présenter un spectacle qui a nécessité des mois, voir des années de préparation (sans exagérer) pour certains.

Enfin on reconnait le travail que chaque groupe a fournit. Que ce soit au niveau des thèmes, les médias ont fait des courts-métrages et expliqués en quelques lignes le thème que présentera les groupes. Que ce soit la chorégraphie puisque les groupes, notamment ceux qui concourent en Hura Tau, ont travaillé leur chorégraphie de manière « aérienne ». Au fur et à mesure que les années passent, les spectacles sont toujours plus magnifiques les uns que les autres. Mais aussi au niveau des Costumes et particulièrement les Grands Costumes.

Parlons-en des Grands Costumes.

Pour moi, les Grands Costumes du Heiva I Tahiti, c’est un peu comme mettre en avant l’ensemble des acteurs : ceux qui l’ont conçu, les petites mains, les costumiers, les créateurs, les auteurs, les danseurs, les chorégraphes et les chefs de groupe. Les Grands Costumes reflètent le thème et le message que les groupes souhaitent faire passer. Il faut de la créativité pour pouvoir le créer. Il faut des petites mains pour pouvoir le construire. Il faut des acteurs pour pouvoir le porter et l’exhiber.

Lors du Heiva I Tahiti cette année, les groupes ont eu une audition des Grands Costumes avec le jury. J’ai eu l’information par au moins deux chefs de groupe cette année.
J’ai été à la fois surprise, dans le sens positif puisqu’enfin, on met chaque costume l’un à côté de l’autre. Pour pouvoir décerner le prix du Meilleur Grand Costume Joseph Uura, il me semble que c’est évident, même si d’autres critères rentrent en compte. Si on ne met pas chaque costume l’un à côté de l’autre, comment pouvez-vous décerner ce prix ?
J’ai été également surprise, dans le sens négatif du terme. Vouloir dévoiler les grands costumes avant le spectacle était pour moi une très mauvaise idée ! La magie du spectacle s’est envolée. Nous n’avons plus eu d’effet de surprise quand les groupes entraient sur scène avec leur Grand Costume. Chaque année, j’avais des frissons en voyant entrer les danseurs avec… Cette année, j’ai ressenti ça uniquement avec le groupe qui avait décidé de ne rien dévoiler. Et je les remercie pour les frissons qu’ils m’ont donné lors de leur entrée sur scène !

Costume Traditionnel Vahine Heiva 2017 Chicky Tahiti

Vahine – 2017

Un engouement pour les Grands Costumes comme on en avait jamais vu.

Bizarrement, ce sont les Grands Costumes qui sont mis à l’honneur cette année par l’organisateur du Heiva et repris par le Ministère de la Culture. Un Festival se voit même naître au Musée des Iles les 11 et 12 août prochain où il est donné la chance aux groupes non primés au Heiva 2018 de pouvoir se produire à nouveau devant un public conquis. Mais ce spectacle se fera (apparemment) uniquement en Grands Costumes pendant 30 minutes environ. Je ne cache pas que je suis heureuse pour ces groupes car ils n’attendaient que ça !

Mais il faut le dire : cela fait 2 ans déjà que j’essaye de mettre en avant tous les groupes et leur travail. Je n’ai jamais souhaité mettre un groupe en avant plutôt qu’un autre. Pour moi, c’est tous les groupes ou rien. C’est pour cela que j’ai mis en place cette séance avec tous les Grands Costumes du Heiva. Je trouve ça quand même bizarre que cette année, ils se décident à mettre uniquement ces Grands Costumes en avant. Les groupes mériteraient mieux.

Hier, quand la nouvelle est tombée et qu’on a annoncé que les groupes non primés se produiront au Musée des Iles et uniquement en Grands Costumes, je me suis demandé : à quoi sert le travail que j’effectue depuis deux ans ? Me casser la tête à trouver seule des danseurs et des danseuses, disponible le temps d’une matinée pour une séance photo. Ce projet personnel qui me tient à coeur depuis que je l’ai commencé, je l’ai vu s’effondrer en 2 mois à peine. Je n’ai pas les moyens de mettre en place un festival, ni les moyens de rémunérer les groupes pour tout ce qu’ils offrent chaque année. J’ai toujours fait ce que je pouvais, à mon échelle. Parce que ma culture, c’est celle-là. J’ai douté, je me suis demandé à quoi cela servait de refaire ce projet cette année.

Mon projet, je souhaitais également l’évoluer. Je voulais en savoir plus sur les costumes et proposé un article complet sur les Grands Costumes : pourquoi avoir choisi cette couleur plutôt qu’une autre, pourquoi avoir pris des nacres, pourquoi avoir disposé tel matériel de cette façon plutôt qu’une autre ?

Je suis pas simplement « photographe » comme beaucoup m’ont étiqueté. Je suis plus que ça. Je m’intéresse au travail, je m’intéresse à la culture. Pendant des années, le Heiva n’était qu’un festival parmi d’autres où les médias n’étaient que très peu présents. Heureusement que maintenant, ce n’est plus le cas. Heureusement que le Heiva I Tahiti atteint aujourd’hui des sommets.

Alors, je vais continuer mon projet. Le faire évoluer parce que c’est ce que je souhaite. Le ré-exposer au marché ou ailleurs si j’y arrive. Chaque année. Et tant pis pour ceux qui plagient ou qui essayent tant bien que mal. Tant pis pour la non reconnaissance de mon travail. Si cela fait plaisir aux groupes et leur apporte une visibilité supplémentaire. Je continuerai.

    Laisser un commentaire :

    Partagez61
    Tweetez
    Enregistrer
    61 Partages